Communiqué | Pour que vive l’agriculture vosgienne !

 

Communiqué de Sébastien Humbert, responsable FN du canton du Val d’Ajol, secrétaire départemental du FNJ Vosges.

La tenue en ce moment même du Salon International de l’Agriculture à Paris est l’occasion de faire le bilan d’une profession qui souffre des politiques mises en œuvre par des élus nationaux et européens souvent déconnectés des préoccupations réelles des agriculteurs.

Dans le département des Vosges, le nombre d’exploitations agricoles est en baisse, passant de 3060 en 2007 à 2995 en 2015 dans un territoire qui compte un nombre très important d’exploitations individuelles au modèle familial.

C’est ces petites structures qui sont aujourd’hui menacées de disparition par les traités de libre-échange comme le CETA, entre l’UE et le Canada, traité par ailleurs voté par les eurodéputés LR, qui constitue une véritable menace pour nos AOP et nos terroirs, avec le risque de voir nos étales envahies d’OGM, de bœuf aux hormones ou encore de poulet chloré à bas prix.

Le Munster vosgien pourrait même demain être concurrencé par son équivalent québécois, prenant de fait des parts de marchés aux producteurs de notre Région avec des conséquences sur l’emploi, la santé publique et la sécurité alimentaire…

Le Front National dénonce cette volonté de toujours plus de mondialisation et propose de ne pas ratifier le CETA et tout autre traité de libre-échange et de mettre fin aux négociations en cours avec les pays du Mercosur pour sauver notre modèle agricole. Enfin, pour pérenniser la profession, nous souhaitons défiscaliser l’implantation de nouvelles exploitations pour les jeunes agriculteurs car c’est eux qui incarnent l’agriculture française de demain.